Risou no musuko ║ 理想の息子

Image

/!\ Peut contenir des spoilers

C’est avec hâte qu’il y a quelques jours j’ai commencé le visionnage de Risou no Musuko. Celui-ci figurait dans ma liste de drama à voir mais mon manque de temps m’empêchait quoi que ce soit. Sitôt commencé, sitôt terminé ! Car oui, je me suis surprise à l’adorer !

En premier lieu l’originalité du scénario paraît être un bon point, du moins pour moi. Jusqu’ici je n’avais encore jamais vu de drama traitant de la relation mère-fils, cela a donc attisé ma curiosité. Je suis donc allé regarder le trailer, ou bien plutôt le CM (qui nous arrache un sourire) et je crois bien que mon choix de le visionner c’est fait à partir de là. C’est donc avec joie que j’ai retrouvé Yamada Ryosuke que j’avais particulièrement aimé dans Hidarime Tantei EYE et que j’ai découvert par la même occasion Suzuki Kyoka.

1Nous avons donc affaire à Suzuki Daichi, lycéen qui aime sa mère d’un amour inconditionnel, ainsi que cette dernière, Suzuki Umi, qui à première vue souhaite absolument que son fils lui achète une maison. Dés le 1er épisode nous sommes plongé dans la question qui lui paraît si existentielle : « Un jour, m’achètera t-il une maison ? ». J’ai tout d’abord pris cette question comme une touche d’humour sauf que je me suis bien aperçu par la suite qu’elle ne plaisantait absolument pas. J’ai été partagé sur un bon nombre d’épisode, me demandant quel genre de mère elle pouvait être, je pensais qu’il y avait un décalage entre l’amour qu’elle portait à son fils et l’amour que son fils lui portait et que les deux étaient très loin de se valoir. C’est au fur et à mesure que mon avis s’est progressivement changé car après tout, elle se surprend elle-même à l’aimer. J’ai eu l’impression de la voir « grandir », de la voir évoluer ne serait-ce qu’un peu. On peut noter également que c’est grâce à elle que nous avons droit à de beaux quiproquos (je pense notamment lors du 3ème épisode, lorsqu’elle croit que son fils est homosexuel) et qui est à la charge de comique de situation qui nous fait rire sans même que l’on ne s’en aperçoit. Et ça pour moi c’est très important.

3Quant à Daichi, je me suis posé E-N-O-R-M-E-M-E-N-T  de questions. On l’a tous bien vu, il aime sa mère. Et pourquoi l’avons-nous remarqué ? Parce qu’un garçon qui court dans la rue le bras en l’air et l’index levé paraît idiot ! Il y a également sa fameuse réplique qui nous le prouve : « Mazakon janai. Tada kaa-chan suki na dake desu », bien qu’elle m’ait paru plutôt « cool » la première fois, à force de répétition je l’ai trouvé de plus en plus niaise, surtout lors des passages de combat. Au moins, nous sommes au courant.

Au départ je pensais plutôt que c’était beau de voir un fils aimé autant la femme qui l’a mise au monde mais je dois vous avouer que certaines scènes m’ont laissé perplexe. Peut-être que j’ai l’esprit qui dérape parfois, et là je vous l’accorde, c’est entièrement possible, mais combien de fois je me suis dis « Encore un peu et ça tombe dans l’inceste… ». Je ne tiens pas à vous effrayer, loin de là, et rassurez vous l’inceste n’y est pas présent, seulement je me demande si c’est moi qui pense comme cela, et dans ce cas ça confirmerait mon éprit tordu, où si c’est général. Dans ce cas là faites-le moi savoir !

Cela n’en reste pas moins une relation très attendrissante que parfois j’allais jusqu’à envier. Je me suis longtemps demandé au fil des épisodes s’il était vraiment possible qu’une relation aussi fusionnelle entre mère et fils puisse exister. Je n’en suis arrivé à aucune conclusion mais au final ce drama est une belle leçon de vie qui fait réfléchir sans qu’on le veuille particulièrement.

4On note également les différents amis de Daichi qui complètent tout de même bien le comique de l’histoire. Non sans parler de leurs « animaux » ridicules qui apparaissent derrière eux lors de combat comme dans un dessin animé pour enfant, nous les découvrons à chaque épisodes et bien qu’ils fassent tous parti de cette école de délinquants, ils sont au fond, tendres et bienveillants.

Pour continuer sur la lancé du comique, je ne peux pas finir sans évoquer les fameux cosplays de Daichi. Bien que ce soit totalement ridicule, je dois bien avouer que ces scènes m’ont bien fait rire. Se déguiser pour que Sayaka puisse remarcher ? Si tout était aussi simple, haha~

En conclusion ce fut un drama très plaisant à regarder. Sûrement pas le carton de l’année 2012 mais il nous fait passer agréablement le temps. Je le conseille donc vivement à ceux et celles qui souhaites de la légèreté !
8/10

N’hésitez pas à me faire partager votre avis !

Une réflexion sur “Risou no musuko ║ 理想の息子

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s